Mon matériel de stage


ETUDES, SAGE-FEMME / jeudi, septembre 21st, 2017
GraineDeCigogne©

Je m’apprête à commencer mon premier stage de quatrième année, 3 semaines en salle de naissance. Comme à chaque fois que je me rends en stage, j’ai toujours avec moi un sac dans lequel j’apporte tous mes indispensables. Je me suis dit que j’allais vous les présenter.

LES TENUES

GraineDeCigogne©

Mes tenues se constituent d’une tunique et d’un pantalon, nous n’avons pas de blouse. J’ai acheté 4 tenues neuves (tuniques blanches avec le bout des manches et le haut de la poche rose) et 2 tenues d’occasions aux étudiantes nouvellement diplômées (tunique rayée rose et blanche) lors de mon entrée en école de sages-femmes. Je laisse toujours une à deux tenues de rechange dans mon casier (car entre nous, une tache de sang sur du blanc ça fait vite désordre et cracra).
J’ai également une paire de Crocs© que j’utilise uniquement lors de mes gardes en salle en de naissances (car comme elles sont en plastique elles sont beaucoup plus simples à nettoyer et à désinfecter), pour les autres gardes, je porte une simple paire de basket grises dans laquelle je me sens tellement plus à l’aise (et ce n’est pas négligeable, car quand tu traverses en long et en large les couloirs de l’hôpital pendant douze heures, tu as plutôt intérêt à être bien dans tes baskets !!!).
J’amène toujours avec moi un « passe-couloir », c’est-à-dire une polaire dans laquelle je me blottis quand j’ai froid notamment lors des longues heures de garde de nuit.
Enfin pour finir, et pas des plus glamours : les bas de contention !!!  Jamais je n’aurais pu croire que cette sorte de chaussette qui te saucissonne la jambe aller simplement me sauver la vie !

Je me rappelle avoir eu un fou-rire avec des copines de ma promo lors de ma toute première semaine d’école quand une étudiante de l’année supérieure nous en avait parlé. Et je peux dire que je n’ai pas fait ma maligne quand j’ai dû harceler le médecin pour qu’il me fasse une ordonnance au bout d’une semaine de stage infirmier 😀

MA TROUSSE

GraineDeCigogne©

Dans cette pochette, tous mes indispensables sont réunis.
Tout d’abord un cadenas à code pour le casier (pas de clé pour moi, car rien ne se perd plus facilement qu’une clé dans une poche !) et mon badge d’identification.
Ma montre que je garde dans la poche ou que j’attache à ma blouse comme une broche, une crème pour les mains (car les gels désinfectants ça brûle), un baume à lèvre (car l’air climatisé de l’hôpital ça brûle ^^) et des élastiques pour les cheveux.

GraineDeCigogne©

Le nécessaire pour écrire, des ciseaux et une pince cochère (Petite astuce : j’y ai écrit mon prénom sur un bracelet d’identification bébé pour ne pas les perdre).
J’ai un mètre ruban qui me permet notamment de mesurer la hauteur utérine des patientes.
Ma roulette obstétricale qui me permet de calculer le stade de grossesse au recto, et qui détermine l’Indice de masse Corporelle (IMC) au verso.
J’ai ensuite ma réglette à EVA (Echelle visuelle analogique de la douleur) : il s’agit d’une règle avec un curseur que les patients déplacent en fonction de la douleur qu’ils ressentent. C’est un outil dont je me sers régulièrement notamment avec les patients ne parlant pas français. J’y ai dessiné des smileys pour faciliter leur compréhension (Non pas que je prenne les patients pour des « idiots » comme on a déjà pu me faire la réflexion, mais car il est écrit « pas de douleur » et « douleur maximale imaginable », or les patients ayant du mal à parler et comprendre le français ont encore plus de difficultés à le lire… J’ai donc eu l’idée de cette astuce qui fonctionne très bien).
Ensuite, mon « HystéroBOOK », un précieux outil qui récapitule par exemple les résultats de bilans sanguins et la conduite à tenir liée, les différents scores obstétricaux, ou encore l’algorithme de réanimation du nouveau-né. Un condensé d’informations qui tient dans la poche !
J’ai également un lexique de la maïeutique ; il s’agit des mots et expressions que nous utilisons le plus, traduits dans plusieurs langues différentes (arabe, grec, allemand…). Tellement pratique !
Pour finir, j’ai toujours avec moi 2 carnets.

Le petit carnet rose que j’ai tout le temps dans la poche. Il se divise en 2 parties : l’avant où j’y note toutes mes notes utiles (les protocoles, certains noms de médicaments avec leur dosage), un peu comme si c’était le disque dur externe de ma mémoire !!
L’arrière où j’y écris toutes mes notes « futiles » (la tension d’une patiente, un numéro de téléphone, le code d’accès à la réserve…) un peu comme si j’utilisais un post-it. Ces pages-là, je les déchire une fois que je n’en ai plus besoin.
Le deuxième carnet est en réalité un répertoire que j’utilise pour y écrire mes notions clés. C’est un carnet que je consulte quand j’ai besoin de me remémorer une notion. Je le réalise « au propre » à partir de mes notes de cours et de mes notes de stage. C’est donc un carnet qui évolue au fil de mes études…

MON CLASSEUR
Il s’agit du classeur de stage fourni par l’école. Dedans se trouve mes objectifs pour chaque stage, mais aussi ma « feuille de remarques ». Il s’agit d’une fiche sur laquelle la sage-femme qui m’a encadré lors d’une garde, dresse le bilan de ma garde (les points acquis, les points à améliorer). Ces remarques quotidiennes servent suites de base pour la rédaction des évaluations de stages. Bref,  vous l’aurez compris c’est dans ce classeur que se trouve tout le côté « administratif & scolaire » des stages. Je suis dans l’obligation d’avoir ce classeur avec moi à chaque garde.

Pour finir, j’apporte toujours avec moi une bouteille d’eau et un livre et/ou des cours (très utile les jours de garde calme).

J’espère que cet article vous aura plu. J’ai essayé de faire le plus synthétique tout en restant claire et compréhensible et croyez-moi cela relève du défi.
N’hésitez pas à me dire en commentaire vos indispensables à vous ou à me poser vos questions.

Prenez bien soin de vous,

Géraldine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *