Mes 10 conseils pour réussir la Paces en une fois.


PACES / mardi, octobre 23rd, 2018
Rawpixel©

La 1ère année de médecine, quelle année ! Qu’on se le dise ce n’est pas une année de tout repos. C’est une année difficile car elle demande énormément d’investissement personnel que ce soit intellectuel ou psychologique. Difficile mais pas impossible, c’est pour cela que je partage avec vous mes 10 conseils pour aborder le plus sereinement cette année et mettre toutes les chances de votre côté pour réussir du premier coup !

1 – GARDER LA MOTIVATION
Je crois que garder sa motivation intacte est le nerf de la guerre, car oui, on passe tous par des moments difficiles durant lesquels on se demande « mais pourquoi je fais tout ça ? ». Tout d’abord, rappelez-vous ce qui vous a amené à vous inscrire en PACES. Le plus important selon moi, c’est de se fixer l’objectif de valider la PACES en un an afin de se créer un objectif et de croire en ses buts.
Ensuite, créez-vous un « cocon de motivation ». Cherchez des images, citations inspirantes et motivantes que vous pouvez imprimer et afficher sur vos murs, devant vos bureaux, mettre en fond d’écran sur vos ordinateurs, en écran de veille sur vos téléphones. Voici celles que j’utilisais :

Enfin, quand j’avais des petits coups de mou (le blues du dimanche soir…) j’aimais bien regarder un épisode de série ou des reportages concernant le milieu médical, ça me confortait dans l’idée que je ne devais pas baisser les bras, et puis ça me faisait rêver : moi aussi un jour j’allais savoir me servir d’un stéthoscope et faire naître des bébés !Je regardais par exemple Grey’s Anatomy, BabyBoom, 24h aux urgences…

Je vous recommande également d’aller lire cet article, rédigé par ma copine Audrey : Comment entretenir sa vocation ?

2 – AVOIR UNE BONNE HYGIÈNE DE VIE
Tout d’abord le sommeil. C’est vraiment un élément important dans l’équation de la réussite. C’est durant vos heures de sommeil que vous enregistrez et mémorisez tous les cours appris pendant la journée. De plus, être bien reposé vous permettra d’être beaucoup plus productif. Qu’y a-t-il de moins efficace que de piquer du nez et de papillonner au-dessus de son atlas d’anatomie ? Donc mieux vaut se coucher assez tôt (maximum 23 heures) et se réveiller tôt en contrepartie afin d’être efficace toute la journée. Et surtout, pas de nuits blanches c’est totalement contre-productif et cela décale tout son cycle biologique !

Il est essentiel de manger équilibré afin d’apporter à vos corps (et à vos cerveaux !) tous les éléments nécessaires. La PACES c’est un véritable marathon et comme un athlète on s’y prépare (même si je sais que l’appel des fast-foods est fort après 6 heures de révision).  Alors bien sûr vous n’allez pas passer 3 heures derrière les fourneaux, mais il existe plusieurs solutions : les gamelles cuisinées avec amour par votre maman que vous ramenaient à la fin de votre weekend, les restaurants universitaires qui proposent des plats sains et équilibrés à petits prix, et puis il y a les soupes en brique aussi 🙂  (ça sauve la vie croyez-moi !).

Andra Ion©

Enfin l’activité physique, car même si vos cerveaux se dépensent en continu, vos corps aussi ont besoin d’être stimulés. L’idéal c’est de faire au moins 15 minutes d’activité physique par jour. Pour cela pas besoin de s’inscrire à la salle de sport, mais par exemple de se rendre à la fac à vélo, de sortir un arrêt de tram plus tôt et marcher, de prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur….

Je pense qu’il est nécessaire de se garder 2 fois par semaine un créneau de loisir (sport, musique) afin de se vider l’esprit et de prendre un moment pour soi, pour se ressourcer loin des cours et du stress. C’est le mental et la motivation sans failles qui vous permettront de continuer à travailler, il faut donc en prendre soin !

3 – ORGANISEZ-VOUS !
Je crois que j’aurais pu commencer par ce conseil, tant il est primordial.
O.R.G.A.N.I.S.A.T.I.O.N, ces 12 lettres qui à elles seules peuvent vous permettre de réussir. Il est nécessaire que votre travail soit organisé afin d’être le plus efficace et le plus productif possible.

UNE OREILLE ATTENTIVE TU AURAS
Il n’y a pas de miracle, la première chose c’est d’écouter un maximum en cours. Alors rangez vos téléphones portables (ainsi l’appel des réseaux sociaux ne se fera pas entendre) et essayez de ne pas vous mettre tout au fond de l’amphithéâtre. Il m’est déjà arrivée de m’isoler de mes amis pour certains cours (j’entends par là, prendre mes affaires et me mettre tout devant) afin d’être la plus concentrée possible. Ecouter c’est déjà mémoriser.

DES CODES TU CRÉERAS
Pour être la plus efficace possible, je répertoriais les cours en les codant. En effet, chaque matière (appelée Unité d’Enseignement) se divise en plusieurs sous matières : rien de mieux pour s’y perdre !

MA MÉTHODE

Je codais chaque cours de la manière suivante :

  • Le chiffre de l’UE,
  • Les initiales de la sous-matière
  • Puis le n° du chapitre de cours dans cette même sous matière

Ce système de codes me permettait de dresser la liste de l’ensemble des cours sans en oublier aucun. Dès que je révisais un de ces cours, je mettais une croix à côté du code, mon but étant d’avoir 8 à 9 croix avant le concours. Ce système de code était ainsi très facile d’utilisation pour faire planning et to do list.

EXEMPLE

Prenons un exemple concret : La Chimie (UE1) se divise en 3 sous matières à savoir, la Chimie Générale, la Chimie Organique et la Biochimie.
Ainsi le deuxième cours de chimie Générale était codé : 1 CG 2
Le cinquième de Biochimie : 1 BC 5

Etc…

DES LISTES TU FERAS
Je ne pouvais pas parler organisation, sans aborder les planning et listes. En effet, je vous conseille de faire un planning et de dresser la liste des taches que vous avez à faire par semaine puis par journée. Cela permet d’être efficace tout ayant un but à réaliser chaque jour. Et grâce à ça, vous pourrez connaitre l’immense satisfaction qu’est de mettre un √ une fois la tache réalisée 🙂.

Concrètement chaque dimanche soir, je dressais la liste de toutes les choses à faire durant la nouvelle semaine  et de tous les cours à apprendre/réviser.
Ensuite, je faisais le planning pour la semaine suivante dans lequel j’intégrais mes heures de cours, de travaux dirigés, de tutorat me permettant ainsi de déterminer au mieux mes temps de révisions et mes temps de pause.
Chaque soir, je « piochais » dans cette liste, pour me faire ma « liste quotidienne » à réaliser le lendemain.

Exemple d’une liste de taches à faire dans la semaine, mais sans jour précis
Exemple de planning que je faisais. Dans les encadrés : les cours du jours que j’apprenais les après-midi. En-dessous les taches que je “piochais” dans ma liste semainière. Le samedi et le dimanche, je me laissais des “taches vierges” pour les imprévus et retard !

Cette astuce vous permettra de planifier l’ensemble de vos journées et de ne pas perdre du temps à vous demander « qu’est ce que je vais bien faire maintenant ? ». Cela permet également d’organiser les temps de pauses, j’y reviendrais dans la suite de l’article.

LE RETARD TU RATTRAPERAS
Mon dernier conseil organisation, et pas des moindres : rattraper son retard pour commencer la semaine à jour.
En PACES les cours vont vite, et la charge de travail s’accumule tout aussi rapidement surtout si l’on ne s’organise pas un minimum. Rassurez-vous, même le roi de l’organisation sera parfois dépassé et fatigué.
Si vous n’avez pas eu le temps de réviser le cours du jour, pas de panique, mais il faudra prendre le temps le lendemain pour l’apprendre, sinon c’est comme ça que le retard s’accumule est que vous serez pris dans la spirale infernale du retard.
Gardez à l’esprit que le dimanche soir, il faut que tous les nouveaux cours de la semaine aient été lus et appris.

4 – NE PAS FAIRE D’IMPASSE
Ne perdez pas de temps à faire des fausses stratégies, à vous casser la tête à savoir si tel chapitre est susceptible de tomber au concours… Gardez en tête que vous devez lire au minimum 1 fois tous les cours, c’est obligatoire car à l’examen absolument TOUS les sujets sont susceptibles de tomber. C’est également pour ne pas passer à côté d’un cours que vous devez être organisé et trier/ranger les cours au fur et à mesure.

Gaelle Marcel©

5 – PRÉVOIR DES PAUSES
Faire des pauses c’est essentiel, on n’est pas des robots et pour ne pas craquer on a besoin de ces précieux moments pour souffler. Donc faire des pauses OUI, mais pas n’importe comment !
Il est très important de prévoir ses pauses afin de pouvoir en profiter à 100%, car il y à rien de plus contre-productif que de regarder la montre en permanence, et culpabiliser de ne pas travailler.  Ainsi prévoir ses pauses à l’avance, permet de profiter d’un vrai temps de repos.

Pour ma part tous les mardis soirs j’allais nager, je me prévoyais un créneau de 2h30, ce qui me permettais de l’anticiper : je raccourcissais la pause de midi ainsi que la pause de l’après-midi. Le fait de savoir que je devais être efficace pour pouvoir aller me changer les idées en nageant été une source de motivation supplémentaire et j’étais efficace dans mon travail.

Je vous conseille également de vous réserver un moment de « récompense » dans la semaine : un bon film le dimanche soir, un restaurant le samedi soir, une pause lecture au soleil, une balade dans les bois… Tout est possible pour garder le cap, décompresser tant que tout est prévu et anticipé !

Jakob Owens©

6 – RENDRE LE TRAVAIL LUDIQUE
Rendre le travail ludique, c’est une technique que j’ai mis en place pour travailler sans réellement m’en rendre compte et ainsi limiter le risque de tout envoyer balader (car soyons honnête certains jours, on a juste envie de tout laisser tomber et d’aller s’enrouler sous la couette…).

Jeu de cartes acides-aminés – Photo Instagram GraineDeCigogne©

Par exemple, je m’étais créé des cartes avec les acides-aminés (des cartes en feuille Bristol avec au recto le nom de la molécule et au verso le schéma) ou encore j’avais imprimé des « mots-clés » que je devais replacer sur une frise chronologique en embryologie. Et le temps de réaliser le « jeu » n’était pas du temps perdu non plus car cela me faisait reprendre l’ensemble du chapitre…
Ce sont des astuces que j’ai développées durant mon année de redoublement. Ainsi quand j’en avais marre de bachoter, je me disais « je vais faire une pause embryologie » alors qu’en réalité ce n’étais pas tant une pause que ça !

Enfin, je me réservais les matières que je trouvais plus difficile en début de journée afin d’avoir une meilleure concentration et je gardais les annales ou les TD pour le soir, trouvant ça aussi plus ludique. Je profitais également des soirées pour faire des fiches quand j’en avais besoin.

7 – ECOUTER SON CORPS
Ecouter son corps c’est essentiel ! Parce qu’avoir la motivation est une chose, mais être en capacité physique et psychologique d’apprendre en est une autre. Il est nécessaire de s’écouter afin de se préserver mais également d’être efficace dans son travail.
Quand vous sentez le coup de fatigue venir, écoutez-vous et faites une micro-sieste par exemple. Vous serez bien plus efficace que de papillonner et de piquer du nez devant le cours. Si vous n’en pouvez plus, que vous allez craquer ( même si vous vous étiez fait la promesse de finir le chapitre) allez faire un tour dehors 5 minutes :  prendre l’air, sortir de sa tanière, histoire de faire une pause et de reprendre les révisions plus concentré. Le soir, couchez vous  dès que les premiers signes de fatigue se font sentir également (yeux qui piquent, baillements).

C’est grâce à votre corps que vous réussirez votre année, grâce à votre tête pour travailler, à vos mains pour écrire… PRENEZ-SOIN DE VOUS !

Hutomo Abrianto©

8 – RESTER FOCALISÉ SUR SON TRAVAIL
Il est primordial de rester focalisé sur son travail. Mettez-vous des œillères et restez concentrés. N’écoutez pas les rumeurs, les qu’en-dira-t’on des autres étudiants autour de vous. Celui qui réussit c’est celui qui reste concentré sur son objectif et sur son travail et non sur celui de ses voisins. Chacun a son propre rythme et avance à sa vitesse, donc rien ne sert de se comparer aux autres. C’est bien connu : celui qui parle le plus et souvent celui qui fait le moins….

85Fifteen©

9 – RESTER POSITIF 🙂  
Durant mes années de sport en compétition s’il y a bien une chose que j’ai retenu c’est la suivante : Si on part perdant, on va forcément perdre ! C’est exactement pareil pour les études (et même dans la vie au quotidien 🙂 ).
Gardez en tête que vous allez réussir du premier coup malgré les difficultés rencontrées, et que chaque jour de passé est un jour de plus vers votre rêve de réussite. Restez optimiste, ne baissez jamais les bras et n’oubliez pas :  le positif attire le positif !

10 – SE CRÉER UNE ROUTINE
Ce dernier conseil est peut-être le seul qui ne conviendra pas à tout le monde, mais je le partage avec vous car il fut précieux dans mon cas. Me créer une routine a été très important pour moi afin de trouver mon rythme et mes repères.
Je me levais tous les jours à la même heure, j’allais en cours, je mangeais ensuite tous les midis au même restaurant universitaire. Les mardis j’allais travailler à la bibliothèque la plus proche de chez moi et j’allais nager, les lundis, mercredis et jeudis je travaillais à la bibliothèque de médecine. Cela me permettait d’avoir des repères dans la semaine, et de changer de lieux de travail sans pour autant perdre du temps.
Et puis c’était assez réconfortant de savoir de quoi le lendemain été fait, surtout durant cette année où on à la sensation de « jouer sa vie ».

Sharon McCutcheon©

J’espère que ces conseils vous seront utiles. Je souhaite bon courage à tous les futurs carabins qui passeront, à leur tour, le concours. N’oubliez pas que c’est difficile, mais pas impossible ! Si j’ai réussi c’est parce que je m’en suis donné les moyens et que je n’ai jamais perdu de vu mon objectif. Vous êtes capable de réussir vous aussi, j’en suis convaincue 😊

Et si vous avez déjà vécu une Paces n’hésitez pas à partager vos conseils et astuces en commentaire.

Géraldine_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *